mon compteur

                                                       RETOUR A LA PAGE D’ACCUEIL : CLIC   AUTEURS, TITRES DE TOUS ARTICLES : CLIC    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Novembre 2012 Revu en Décembre 2018

                                   COMBLER SON MANQUE D’IDENTITE SOCIALE ACTIVE A L’AIDE DE l’INTERNET

Henri CHARCOSSET, Directeur de Recherches au CNRS retraité,  henri.charcosset@neuf.fr , webmestre de :

http://anti-solitude.pagesperso-orange.fr/

Henri69, pseudonyme de Henri Charcosset , sur les forums de Doctissimo.com Des messages d’autres forumeur(meuse)s, ses sont mis à profit ; identifié(e)s par leur pseudonyme de l’époque , ces personnes ont été contactées lors de leur première citation dans un de mes articles. HC

INTRODUCTION

Les ressentis d’isolement, qui est un fait objectif, ou/et de solitude, laquelle  est un sentiment, sont croissants à notre époque.

On peut rattacher à ce fait douloureux de société  un manque ou à une perte d’identité sociale.

Bon nombre de facteurs y contribuent. Comme la dispersion géographique des familles, le chômage prolongé, une maladie longue durée, le handicap, le grand âge, une situation sociale dégradée pour une raison ou une autre, la montée de l’individualisme. Sans que cette liste soit  limitative. 

Nous cherchons à illustrer que l’Internet offre des possibilités, encore très peu explorées au niveau de tout un chacun, pour contribuer à pallier un déficit personnel en identité sociale.

Le plan suivi est :

I.              Ne pas s’identifier par les seuls côtés négatifs de sa vie. Message  d’Eklundh (pseudonyme)

II.            Construire et entretenir en continu sa vie relationnelle, en toutes circonstances.  Henri69, et messages d’internautes

III.          De l’amitié à l’amour, quelle contribution de l’Internet ? Henri69, avec  d’autres internautes.

IV.          La notion de Groupe Virtuel d’Entraide (ou d’Amitié ou d’Echange) Autogéré,  Henri69

V.            Un accès plus difficile de l’Internet, pour  les grands aînés d’une part, les SDF de l’autre. Henri69 et Aurora ( Pseudonyme)    

VI.          En guise de conclusion

 

 

I.              NE PAS S’IDENTIFIER PAR LES SEULS COTES NEGATIFS DE SA VIE

 

Nous en référons ici  à la  discussion ( ou topic, en langage d’internaute): « Je ne supporte plus ma dépression » lancée par Pipinou35 (pseudonyme) le 01.04.2012 ; CLIC

 Pipinou35, d’âge la quarantaine, souffre de  dépression  nerveuse réactionnelle. D’ après ses  messages sur sa discussion, il a bien du mal  à engager l’effort personnel indispensable  à sa relance vers  une vie active. S’écoute-t-il trop ? Lui-même en convient. Davantage d’insertion  sociale active, via l’Internet, comme nous le lui avons proposé, sans qu’il y ait de suite, serait pourtant une étape utile en vue d’une réinsertion professionnelle.

De cette discussion, nous avons extrait le message – ou post  en langage d’internaute – d’ Eklundh  , adressé à Pipinou35, le 11.10.12 :

«  Bonjour,

Je suis entièrement d'accord avec henri69, s'identifier à une personne malade de manière définitive c'est la complaisance dans une maladie qui se guérit, et à chaque personne sa guérison.

Je me permets d'écrire car j'ai moi-même été dépressif pendant longtemps et je suis aujourd'hui sur la bonne voie.

Le plus difficile dans la dépression c'est qu'on ne se souvient pas avoir été "heureux" ou sans aller jusque là, bien auparavant, le cerveau n'arrive plus à faire la distinction entre son état actuel et le fait qu'il soit possible de ne plus être en dépression. Donc pour répondre à votre première question, une chose absolument sûre et pour tout le monde, on peut sortir de la dépression. Et c'est quand on en sort qu'on se rend compte effectivement de la puissance de cet état que l'on croit sur le moment éternel.

J'ai aujourd'hui 23ans et ma dépression a commencé à 21 environ, j'ai pris des médicaments pendant pas mal de temps que je couplais à beaucoup d'alcool et encore une fois henri69 a raison, en prenant des médicaments (qui aident mais qui aussi "officialisent" sa maladie) on s'identifie comme un malade permanent : mauvais.

Je me permets de le dire, il faut être le plus possible honnête avec soi-même pour savoir à quel moment on fait des choses pour s'en sortir et à quel moment on fait des choses pour se "complaire" dans son état.

Ce que j'ai fait pour m'en sortir ne s'applique évidemment qu'à moi-même mais ça relève de la même chose pour tout le monde, la force intérieure de s'en sortir, et vous l'avez aussi, comme tout le monde même si votre état vous dit le contraire (je sais ce que c'est).

Même si vous n'arrivez pas à en trouver la force, forcez vous quand même, évitez la complaisance et tentez de vous impressionner vous même. C'est facile à dire mais il n'y a à mon humble avis pas de secret sinon c'est la complaisance.

Cela peut paraître dur comme propos, mais posez vous la question de savoir pourquoi vous venez sur ce forum : vous cherchez de l'aide, du réconfort, ou de la complaisance ?

Si vous cherchez de l'aide, je ne saurais  que vous conseiller d'accepter la proposition d'henri69 qui est une chose qui est de l'ordre de l'action et non de la passivité. Ne baissez pas les bras car, même si je ne suis pas médecin ou psy, je peux certifier que tout le monde peut se sortir de cet état et que vous aussi et c'est un postulat que vous vous devez de garder en tête même si votre esprit veut vous signifier le contraire.

Je pense que tout le monde sur ce forum voudrait vous aider et peut vous aider dans une certaine mesure, mais vous devez à tout prix vous aider vous-même » .Eklundh.11.10.12  

Ce  message d’Eklundh , orienté vers la prise en charge de soi par soi, est d’une certaine valeur ; son intérêt va très au-delà de la seule dépression. Et pourtant le  sort de ce message  sur le forum a déjà été de très  peu retenir l’attention, avant de vite disparaitre dans les profondeurs des pages web successives du forum.

Ce qui vaut pour le message d’Eklundh s’applique à bien d’autres, qui seraient pourtant  propres  à donner confiance en soi, aux multiples internautes de passage, en mal de vivre.

Renforcer le pouvoir de force motrice des forums de l’Internet, devrait pouvoir se faire sans grand bouleversement. 

 

II.           Construire et entretenir en continu sa vie relationnelle, en toutes circonstances

 

Nous en référons ici au topic ( discussion): « Née » dépressive, suis-je la seule ? » lancé par Stary (Pseudonyme), le 13.10 .2012 ,  CLIC

Au long de cette discussion , le post ( message) de Henri69, du 14.10.2012 :

« Je me limite ici à proposer une approche très partielle du problème posé par Stary, orpheline, sans perspective d’insertion sociale définie. Toutefois, cette approche s’étend  à de multiples situations  d’isolement ; elle est valable à tout âge, hors dégénérescence mentale avérée.

 
   Quand on parle de vie relationnelle, on peut penser dans deux directions complémentaires:

- L'une tient aux "techniques": le bon vieux courrier postal, le téléphone, les sms ou textos maintenant, les mails, les web relations avec webcam, les topics et posts sur forum, sans oublier les rencontres en vrai; tout cela se complète , et se focaliser sur une seule de ces "techniques" serait une erreur,

- L’autre tient à la liste de nos relations avec coordonnées, aussi limitée soit-elle, en remontant jusqu'à notre enfance, en passant par l'adolescence, par les relations actuelles en vrai, et les web relations (... lesquelles sont d'ailleurs parfois plus vraies que bien de nos connaissances en vrai.... )

A partir de quoi, il devrait en être pour l'entretien de notre vie relationnelle, comme pour notre hygiène corporelle: s'imposer de lui consacrer un temps tout à fait régulier, en tout cas au niveau hebdomadaire,

Ce n'est pas défendu d'innover un  peu, par exemple en diffusant chaque deux mois, en mode Cci de copie invisible, La Lettre de X ou Y ou…. Lettre diffusant quoi ? C est selon chacun, e....Mais telle Lettre contribue à l’identification de soi, elle est  une marque de sa présence parmi les autres,


Oui, trouver, maintenir, retrouver, une identité sociale, doit être une constante de nos vies quelles qu'en soient les conditions, souvent assez rudes,

La force pour cette affirmation de soi, au niveau où l'on est soi, chacun,e  l'a en soi, soyons en bien convaincus. Là où les médicaments peuvent être utiles voire nécessaires, pour nous aider à mettre à profit nos ressources intérieures; essayons  de trouver les plus adaptés. » Henri69, 14.10.12

A ce paragraphe, peut se rattacher l’article : 

Charcosset Henri  , avec trois messages d’autres internautes (2010), Le chômage et d’autres conditions de vie favorisant l’isolement. Une approche Internet  pour contribuer à y  remédier

image 21.jpg

III De l’amitié à l’amour, quelle contribution de l’Internet ?

 

Nous en avons traité dans les deux articles suivants :

Charcosset Henri (2011), Sex@mour. A partir de l’ouvrage  portant ce titre, de Jean-Claude Kaufmann, éditions Armand Colin, 2010

Le sujet traité concerne les relations amorcées au travers des sites de rencontres amoureuses.

Charcosset Henri (2011), Christaux d’amour (Pseudonyme) ,Mitsori (Pseudonyme) (2011) , De la web entrée en relation à l'amitié, parfois l’amour

Ici, nous en référons à des rencontres amicales, à l’occasion plus, entreprises sur divers forums de Doctissimo.com 

 Pour résumer ma sensibilité ( Henri69):

-         En vue de relations d’amitié amicale, y compris prolongée,  se connaitre en vrai n’est pas indispensable (j’ai une expérience de déjà quelques années, à ce sujet). Ce point est important, si l’on pense aux nombreuses situations pouvant empêcher deux personnes éloignées, de pouvoir se rencontrer.

-          

-         Dans l’optique de relations disons pré amoureuses sérieuses, il serait utile de déjà se rencontrer en vrai, en bons camarades, avant toute ébauche d’aller plus avant.

-          

-         Raccourcir exagérément l’échelle des temps avec le Net, est un obstacle à savoir franchir, pour qui souhaiterait atteindre un amour stable.

-          

-          En  peu de lignes, ma suggestion auprès de nos jeunes adultes est d’avoir amorcé  une vie de couple stable, avec progéniture associée, dès la trentaine. Tout en se prévoyant un tel engagement mutuel pour une durée de l’ordre de 25 ans. On remettrait alors le compteur de la relation à zéro. En cas de dissolution de la vie de couple, rester en lien amical et d’entraide à vie, en lien affectif à vie aussi au travers de la relation aux enfants et petits-eus ensemble.,

-              

-          Je recommande l’ouvrage de Jacqueline Kelen, paru aux éditions Robert Laffont : « Aimer d’amitié. L’amour véritable commence avec l’amitié ». Paru en 1992, il garde tout son intérêt. Pour des extraits, CLIC :

-          

IV La notion de Groupe Virtuel d’Entraide (ou d’Amitié ou d’Echange) Autogéré

 


En  précisant:

Virtuel a le sens que le moyen principal de relation va passer par l'Internet, pour raison du très peu de frais à engager; mais le Groupe peut, bien sûr, inclure des connaissances en vrai,

Autogéré
 a le sens que l'animateur, trice est pilote à bord, sans dépendance d'une organisation ou d'une autre,

 

Initiatives personnelles ainsi encouragées

De  tels Groupes informels, sont  concevables pour de multiples applications,  comme pour  associer des anciens et des  nouveaux chômeurs dans tel ou tel domaine d'activité,

°°°

Ce site http://bien.vieillir.perso.neuf.fr/  , qui date de septembre 2005, relève de ce  mode de pensée. Une lettre d’information sur l’ajout de quinze nouveaux articles à chaque fois, est diffusée chaque deux  mois.

L’optique générale est d’illustrer que l’Internet est un  moyen privilégié pour  l’insertion sociale active de tout un chacun,  sans limitation d’âge ni de niveau de handicap.

 

Le handicap mental ne saurait être oublié, avec les progrès en cours de l’informatique. Pour s’en instruire, voir :

Bonjour Audrey (2012), Handicap mental et techniques d’information et communication, TIC : Des avancées marquantes en éducation-communication

Tandis que depuis un an, sur le modèle en général de ce site, Mathilde Pommier( pseudonyme) a initié un Groupe Virtuel d’Entraide IMOC/IMC

 (infirmité motrice d’origine cérébrale). Présentation de ce Groupe avec son fonctionnement- extrapolable à de tout autres sujets- faite à CLIC

 

Nous sommes prêts à favoriser le démarrage  d’autres  initiatives.

image 28.jpgHenri69, Novembre 2012

 

V. Un accès plus difficile de l’Internet, avec les grands aînés d’une part, les SDF de l’autre

 

1. Les grands aînés

Nous avons évoqué la potentialité particulière de l’Internet pour les grands aînés – efficience contre leur isolement, bénévolat à distance- dans un entretien avec une journaliste :


Charcosset Henri et Colozzi Claudine
 ( Entretien) (2011), L’ insertion sociale active des personnes âgées ou /et handicapées. L’Internet à la base de progrès majeurs.

Tandis qu’une professionnelle de l’informatique  contribue  à promouvoir  l’outil informatique auprès de cette population….trop  délaissée, il faut bien dire. Voir notamment :

 

 Reudet Nouhad (2007), L’Internet pour renforcer la place des personnes très âgées dans la société. I. Introduction générale 

 

Reudet Nouhad et Charcosset Henri (2007), L’Internet pour renforcer la place des personnes très âgées dans la société. II. Le rôle des professionnels

 

Au travers d’une  activité la plupart du temps pratiquée à distance, les personnes âgées peuvent prendre un rôle majeur pour le renforcement du lien social dans notre  société. Les jeunes retraités peuvent dores et déjà montrer la voie, en venant sur les forums de l’Internet , apporter leur appui en tout cas  moral, à nos internautes en réelle difficulté, d’une ou plusieurs sources.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

 

2.Les  SDF

 

Aurora, webmestre de http://www.jesuisfauche.com , qui est en train d’approfondir  un peu plus ce sujet, nous écrit :

 

« Il existe des accès internet gratuits : http://jesuisfauche.com/2012/10/acceder-gratuitement-a-internet-sans-ordinateur/

Et pour les gens qui disposent d'un ordinateur, au choix :
-si c'est un portable, chercher un point d'accès au Wifi en libre accès
-si c'est un poste fixe, demander s'il existe un tarif de solidarité. »

 

 Article: Charcosset Henri et Aurora (pseudonyme). Entretien (2012).  L’internet pour l’insertion sociale active des personnes aux faibles ressources

Sa référence sur le blog d’Aurora : http://jesuisfauche.com/2012/05/interview_henri_charcosset/

 

VI. En guise de conclusion

 

Peut-être est-il utile d’être soi-même paralysé, retiré du milieu professionnel dès bien avant l’âge de la retraite, pour saisir à quel point  l’Internet a le pouvoir d’être le contraire d’une machine à isoler,

 

Des relations mutuellement profitables peuvent ainsi s’établir avec des personnes d’âge, de milieu social, de parcours dans la vie, très différents des siens. Cela est spécialement favorable aux personnes empêchées

de se faire, en tout cas aisément, de nouvelles relations dans les conditions de la vie courante. Une énumération est donnée au début de l’Introduction.

 

Une utilisation plus constructive de l’Internet, par nos jeunes adultes en situation de chômage prolongé, est à leur portée,  

 

Une société mondiale unifiée, où nous pourrons tous être des entités actives et socialement utiles, est dores et déjà à l’horizon, à partir de ces techniques-là.

 

Henri Charcosset ,né en 1936, handicapé moteur de l’adolescence   ,