Sections du site en Octobre 2009 :  Ajouts successifs d’articles -- Sujets d’articles à traiter – Pour publier --  Post-Polio -- L'aide à domicile -- Internet et Handicap -- Informatique jusqu’à 100 ans – Etre en lien -- L’animal de compagnie --  Histoires de vie  --  Donner sens à sa vie – A 85 ans aller de l’avant -- Tous chercheurs -- Liens –

 Le  webmestre.

 

RETOUR A LAPAGE D’ACCUEIL : CLIC            AUTEURS, TITRES DE TOUS  LES  ARTICLES : CLIC         SYNTHESE GENERALE: CLIC

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

                                                   

                                                        NOVEMBRE 2008

                                                    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

AIMER D’AMITIE

L’AMOUR VERITABLE COMMENCE AVEC L’AMITIE

 

·        Jacqueline KELEN

·         

·        Collection « Réponses » Robert Laffont 1992

·         

Extraits par Henri Charcosset

 

P8 Il faut imaginer le Chat heureux. Heureux non parce qu’il est solitaire, mais parce que les êtres qu’il rencontrera sur les chemins, avec qui il nouera des amitiés, seront des chats comme lui, des êtres entiers, ni en manque ni en attente de l’autre. Le Chat qui s’en va tout seul connait le prix de l’amitié et de toute vraie relation : la gratuité. L’amitié est un don, un cadeau réciproque, alors que le sentiment amoureux rend esclave bon nombre de gens.

         J’aime beaucoup les animaux ; je sais qu’ils ont une foule de choses à nous enseigner. Et d’abord l’amitié.

 

P15-16 A quel carrefour se séparent l’amitié et l’amour? La borne entre les deux territoires prend-elle nécessairement la forme d’un lit ? On se contente de cette distinction d’importance : l’amitié n’implique pas les relations sexuelles, les gestes amoureux. On a pu ainsi le définir comme un « sentiment sans actes »… L’amitié ne nie pas le corps de l’autre, elle a même une composante sensuelle, seulement de ce corps elle ne veut tirer nulle jouissance… L’amitié respecte l’intégrité et l’indépendance de l’autre sans pour autant être indifférente à sa beauté et à son charme.

         Aimer quelqu’un, ce n’est pas capter tous ses sentiments, toutes ses attentions et dévotions ; c’est aimer en lui ses capacités d’amour et d’ouverture.

 

P22 L’amitié recouvre affection, plaisir, aide et association, mais, si elle n’est pas guidée par un sentiment moral, elle disparait ou ne mérite pas son nom. L’amitié implique égalité des deux personnes dans la relation, et aussi réciprocité.

 

P27 Permettre l’amitié, c’est renoncer à son pouvoir, oublier sa peur, c’est reconnaitre et aimer l’égalité de l’autre.


P28 L’individu ne trouve sa liberté, son accomplissement, ni dans le sexe, ni dans le sentiment, ni dans la procréation, ni dans les liens familiaux : tout cela on l’a laissé aux femmes comme un cadeau, comme une raison d’être. Pas bêtes les hommes : ils ont gardé pour eux la meilleure part… celle du savoir et de la connaissance spirituelle, la part qui garde et accompagne la véritable amitié.

 

P34 Un des principaux griefs qu’on peut faire à l’amour sentimental est d’être exclusif et d’empêcher l’amitié, de repousser ou de délaisser les amis…

         La fixation sur l’objet de l’amour interdit toute ouverture, tout passage vers les autres, ressentis hors champ sinon importuns. C’est un enfermement consenti, spontané, délicieux, d’où l’on ne sort que malheureux. Lors des difficultés sentimentales, dans les échecs amoureux, les amis ne sont pas les bouées de sauvetage (ce serait leur faire injure) mais des fenêtres, des appels d’air ! Il y a tant d’autres choses à découvrir et tant à aimer sous le soleil.

 

P37 Ce qui est réconfortant, dans l’amitié, c’est qu’elle vit de réciprocité : on aime et on est aimé en retour.

 

P39 Aucun des deux amis ne cherche le pouvoir sur l’autre, aucun ne se sent asservi, victime ou lésé. L’amitié se nourrit en plus de la réciprocité, de l’égalité des individus : elle n’instaure ni hiérarchie, ni domination, elle associe deux personnes dissemblables et les rend égales. Elle vit de dialogue.

 

P40 L’amitié gomme ou dépasse ce qui, dans le sentiment amoureux, peut faire obstacle : une grande différence d’âge, un physique peu gracieux ou même une infirmité… Elle s’ouvre à tout, à tous…

 

P41 L’amitié s’enrichit de la différence de l’autre – là ou la relation amoureuse requiert son adhésion ou sa reddition…

         L’amitié lie des personnes de générations différentes, elle s’avère le remède le plus sûr contre le vieillissement… Dans la relation d’amitié, l’âge apparaît vraiment comme un épiphénomène ou un détail.

P42 L’amitié assure la continuité entre les générations, ce à quoi échouent souvent les liens familiaux, les sentiments filiaux. Le partage à égalité est si fort, entre amis, et la notion du temps qui passe est si peu importante que, des années après, on peut se demander en toute bonne foi qui des deux a commencé, qui a fait le premier pas dans cette relation.

 

P45 Une amitié ne peut causer ni désillusion, ni désenchantement puisque ni le rêve, ni l’illusion ne l’ont forgé : chacun voit l’autre tel qu’il est et tel qu’il pourrait être (meilleur, plus accompli) ; la passion ne voit pas l’autre tel qu’il est, elle le voit tel qu’elle le veut.


P48 La confiance : maître mot. La confiance laisse l’autre respirer, rencontrer d’autres personnes ; elle permet à l’autre d’exister par lui-même au lieu de n’exister qu’à deux dans une relation passionnelle ou dans un couple fusionnel. La confiance dit que non seulement on croit en l’autre mais que l’on compte sur lui. Aimer l’autre sans l’aider, sans le consoler au besoin, n’est pas aimer.

P52 La solitude choisie, même sans faux-fuyants est bien l’unique chance de se connaître et de se rencontrer soi-même. Et de s’ouvrir aux autres, à tous les autres.

 

P58 Sans vouloir opposer systématiquement les amitiés entre hommes et les amitiés entre femmes, force est de constater que l’amitié masculine est davantage caractérisée par « faire ensemble », et l’amitié féminine se contente plus volontiers « d’être ensemble ». L’amitié entre femmes est avant tout affective ; pour les hommes elle se traduit vite par des preuves, une mise en pratique.

P79 Pourquoi, mais pourquoi le sentiment amoureux conduit-il à un enfermement, à faire le vide autour des deux héros de l’histoire qui se sentent seuls dignes de partager entre eux le gros gâteau de miel ?...

         Ce qui peut empêcher l’amitié entre femmes, c’est donc non leur prétendue rivalité mais l’irruption d’une passion exclusive qui renvoie loin derrière l’amitié. L’échelle de valeurs en matière de sentiments reste immuable : l’amour romanesque est bien plus côté que l’amitié. Cette surestimation du sentiment amoureux, puis du couple, conduit les femmes tout bonnement à l’isolement et à l’enfermement, les amies faisant office d’alternative à l’histoire amoureuse. Comme si on ne pouvait pas tout vivre à la fois, comme si telle relation empiétait sur l’autre…

 

P80 Qu’est-ce qui empêche les hommes d’avoir des amitiés masculines ? D’après mon enquête un trio costaud fait office de barrage : le couple (« j’ai ma femme »), le travail (« je n’ai pas le temps »), la famille (« la famille, c’est sacré, ça passe avant tout »).

 

P85 Il est tentant, bien sûr, de vouloir partager ses amis, mais pour éviter l’étouffement du couple, il est indispensable que chacun trouve son enrichissement et son équilibre, personnels et rencontre donc des amis de façon individuelle au lieu de les ramener systématiquement à la maison…

         Il est bon que chaque individu vivant en couple ou en famille puisse avoir des lieux et des moments de liberté…, un espace paisible, préservé, où il choisit de se retrouver seul ou de rencontrer des amis.

 

P88 Je crois que la grande différence se cache ici. La sensualité est vécue par une femme comme plus importante que la sexualité (stricte, j’allais dire, réduite au minimum), son corps s’épanouit autant sous les caresses du vent, du soleil ou de l’eau que dans l’étreinte de son amant. Quand une femme évoque un désir d’intimité avec un être, l’homme traduira aussitôt cela en termes de lit, de jeu amoureux, d’actuel sexuel – là où la femme verra partage profond, silence, confidence d’âme à âme, secret échangé.

P103 Pour beaucoup d’hommes, connaître l’autre, la femme en l’occurrence, passe presque nécessairement par la connaissance charnelle, et le partage sexuel se situe au début de l’amitié, c’est lui qui rend l’amitié possible. Comme si, pratiques, réalistes, ces hommes réglaient d’abord cette affaire de désir assez encombrant pour ensuite passer à un autre plan, plus paisible, en quelque sorte balayé. Ces hommes ont pour véritables amies des « ex » et ils n’en sont nullement gênés, au contraire… Pour beaucoup d’hommes, la relation sexuelle rend possible l’affection, l’intime, tandis que chez les femmes l’intimité partagée et le sentiment amènent à l’échange sexuel.

 

P110 Le corps de l’autre dans l’amitié est reconnu, apprécié, sans pour autant être rejoint, « consommé ». Il devient sujet de contemplation au lieu d’être objet de désir.

 

P111 L’amitié nous libère des pulsions, désirs et insatisfactions de notre corps, de notre attachement à la matière, de notre besoin de durer éternellement, elle nous sauve dés à présent et sauve certainement cette terre qui prend l’allure d’un cauchemar et d’un enfer.

 

P113 L’amitié entre homme et femme permet de se découvrir, de se connaître mieux que les relations amoureuses ou les bandes de copains…

         Il est certain que la mixité dans les écoles et les lycées, dans les clubs sportifs, etc., comporte des inconvénients psychologiques en ce sens qu’elle conduit facilement à l’uniformisation…

         Pour ma part, comme femme, j’ai toujours revendiqué le droit à l’étrangeté, plus fertile qu’un droit à l’égalité qui équivaut trop souvent à la confusion des genres. L’amitié entre homme et femme maintient cette étrangeté, donc cette découverte, cet accueil et cette écoute de l’autre, là où la relation amoureuse, sexuelle prolonge l’illusion de l’identique, du « pareil à moi », par la fusion des corps.

 

P116 L’homme capable d’avoir des femmes pour amies est un homme qui n’a rien à se prouver sur sa virilité. Il ne se définie pas seulement par son désir, son côté mâle conquérant, il ose montrer ses émotions, sa vulnérabilité sans déchoir, sans se sentir ridicule. Il vit une sexualité ou une solitude sans problèmes, et il est en contact avec le côté féminin de sa personnalité.

 

P121 Si la relation d’amitié est apaisante et libératrice, heureuse en un mot, on pourrait se demander pourquoi tant d’hommes et de femmes persistent à foncer tête baissée dans l’amour, à y ferrailler obstinément, aveuglément ; pourquoi hommes et femmes continuent de rêver d’amour, de grand amour, au lieu de rêver de grandes amitiés ?

         « C’est le besoin qui nous fait retourner dans les emmerdements de l’amour… c’est l’instinct de base, l’appel irrésistible du complémentaire. L’instinct sexuel nous convoque, nous oblige… »

 

P123 L’amitié est aisée, fluide ente des individus équilibrés, c'est-à-dire dont le féminin et le masculin sont en paix et en harmonie, des êtres complets, en quelque sorte androgynes. N’être en soi que masculin empêche l’émotionnel, l’intimité, la confidence, l’intériorité ; ne vivre que son féminin entrave le dynamisme créateur, l’entreprise et la conquête que représente aussi l’amitié ».

 

P127 Le ciment du couple ce n’est ni la sexualité, ni l’enfant, mais bien l’amitié qui construit, comprend, respecte, l’amitié qui permet à chacun d’évoluer. Le sentiment amoureux est fragile, éphémère, et sur lui nous n’avons aucune prise ; le désir apparait nécessairement volage, capricieux, nourri de rêveries et de fantasmes ; l’amitié, elle, offre à une relation conjugale la continuité, l’exigence de durer ; elle édifie véritablement le couple en dépit des aléas du sentiment et des orages de la passion, des faiblesses ou des disgrâces physiques ; elle permet à chacun des deux de croître et de créer, et de se sentir en confiance.

 

P128 Si la promesse de fidélité est souvent hypocrite ou irréaliste, le pacte d’amitié entre l’homme et la femme les engage dans une relation plus authentique. L’amitié dans le couple, c’est le choix délibéré de vivre avec l’autre, auprès de l’autre, ce n’est pas une contrainte, une conduite forcée telle que l’entend la fidélité bourgeoise.

 

P131 L’amour dit conjugal requiert plus que des amants, il demande aussi des partenaires, des associés, des amis qui s’estiment et se respectent, qui partagent les plaisirs du corps mais aussi les joies du cœur et de l’esprit.

 

P132 L’amitié au sein d’un couple permet à l’amour de grandir, de s’éclairer, et s’enraciner, elle n’est pas une assurance contre la perte, la souffrance ; elle offre une ouverture, de l’imagination, de l’invention, là où les émotions s’agitent, le désir s’émousse, le sentiment patine.

 

P135 L’amitié a la vertu de tempérer et de relativiser la relation amoureuse, si vive, si entière soit-elle. Avec sagesse et humour, elle murmure que les amoureux ne sont pas uniques au monde, qu’un seul être ne remplace pas l’univers, que le mariage n’est pas une assurance sur le bonheur…

 

P140 L’amitié est beaucoup moins susceptible, beaucoup moins égocentrique que le sentiment amoureux, qui supporte mal les blessures d’amour-propre, et que la passion, dont la devise est « tout ou rien ». Elle représente cette voie du milieu ou rien n’est exclu, ou tout peut se rencontrer, s’équilibrer, s’apaiser.

 

P143 L’amitié dans le couple, ce serait le sens de la confiance, le goût de l’aide mutuelle ; ce serait ce désir de construire ensemble et aussi le ferment, le désir d’avancer, d’évoluer ; ce serait la juste distance qui permet d’apprécier l’autre sans se confondre et sans se l’approprier… L’amitié écoute, accompagne, soutient sans juger ni condamner l’autre…

 

P144 Le défi de l’amour conjugal est de cheminer ensemble longtemps, de durer ensemble, au lieu de se quitter à la première anicroche, au premier caprice, à la première difficulté ; et c’est l’amitié avec toutes ses ressources qui permet au couple de relever ce défi, là où les sentiments défaillants, le désir incertain, ne sont d’aucune stabilité et d’aucune patience.

 

P164 La peur et tout particulièrement la peur devant l’inconnu, la peur du changement est à l’origine de la plupart de nos comportements. On croit se sécuriser en se fixant… en fait, s’arrêter c’est mourir, se figer c’est pactiser avec la mort.

 

P194 Sartre se trompait : l’enfer ce n’est pas les autres, c’est l’enfermement. L’enfer peut se décrire en termes de pesanteur, d’inertie, de repli, d’indifférence – tout ce qui empêche qu’éclose une amitié, que naisse un amour. L’amitié demande d’abord de la disponibilité, une qualité dont font très rarement preuve les individus pressés d’aujourd’hui. Choisir d’être disponible, d’avoir du temps pour soi et pour les autres, n’est pas un luxe mais un acte de liberté.

P210 L’expérience de l’amitié vécue dans la vie personnelle déteint nécessairement sur le comportement social : politesse, courtoisie, amabilité, civilité, sens de la coopération.

 

P211 Cultiver l’amitié est une garantie contre tout embrigadement, tout bourrage de crâne, toute emprise sectaire.

 

P212 « L’amitié accepte l’autre de telle sorte que son altérité devienne essentielle et non pas dangereuse… C’est le contraire et le dépassement de la peur, qui chez l’être humain se fonde sur la peur de la mort » dit Jeanine Changeur… L’amitié crée la communauté, la fraternité.

 

P214 L’amitié refuse toute inégalité et, en portant sur le monde un regard bienveillant, sans possession, elle mène à fraterniser avec toutes les créatures de ce monde.


P220 On ne peut plus résumer l’homme par l’être social. Mais l’être humain qui mérite le nom d’Homme est un être de relation et de liberté : cela implique un être de solitude et un être relié à la Terre et au Ciel. Cet Homme là est vraiment un Vivant.


P221 L’Amour ne vient pas de nous, il passe par nous. Notre liberté consiste à permettre ce passage ou à barricader portes et fenêtres.